La méthode McKenzie ®

Le MDT (Diagnostic et Thérapie Mécanique – Méthode McKenzie ®) est une méthode d’évaluation et de traitement des troubles musculo-squelettiques. Internationalement reconnue par de nombreux praticiens de santé, elle a été développée par le kinésithérapeute Néo-Zélandais Robin McKenzie. Elle est aujourd’hui utilisée dans de nombreux pays depuis plus de 40 ans.

Parmi les plus de 40 000 kinésithérapeutes travaillant en Belgique, Hugo BOGAERTS fait partie des 115 praticiens formés et certifiés MDT-McKenzie. Il est également un des 344 kinésithérapeutes certifiés et affiliés à l’Association Francophone McKenzie.  

Méthode McKenzie, chaine musculaire, kiné Chaumont, kine pelvienne, osteo valmont

Quelles sont les compétences spécifiques d’un kinésithérapeute certifié McKenzie ® ?

Les praticiens formés au MDT sont capables d’évaluer et d’établir un diagnostic mécanique dans chaque région du système musculo-squelettique. De ce fait, lorsqu’un problème existe au niveau de la colonne vertébrale, d’une articulation, d’un membre ou d’un muscle, un bilan MDT peut être effectué.

La force du MDT repose sur le principe d’auto-traitement et de recherche d’autonomie du patient. Par ailleurs, cette méthode a fait l’objet de nombreuses études scientifiques qui lui donnent une assise très solide.

Le bilan initial est une étape clé du MDT. Il permet, au moyen de tests valides et fiables, d’obtenir un diagnostic précis la majorité du temps, puis d’établir un plan de traitement adapté. Cette évaluation permet souvent d’éviter des tests onéreux tels que les IRM. Les praticiens certifiés au MDT sont capables de déterminer rapidement, pour chaque patient, si la méthode est indiquée pour eux. Dans le cas contraire, l’examen donne des informations très utiles afin d’orienter le patient vers le bon spécialiste ou l’examen le mieux adapté à son cas.

Au final, le MDT est une approche complète, qui, lorsqu’il est pratiqué par des professionnels formés, se montre très utile dans la majorité des cas, comme l’attestent de nombreuses études scientifiques.

Quelles sont les étapes du MDT (McKenzie ®) ?

Étape 1 : Le bilan

Pour commencer l’évaluation, le praticien s’appuie sur un historique détaillé de vos symptômes, et sur la façon dont ils surviennent et sont affectés par vos activités quotidiennes. On vous demandera ensuite de réaliser certains mouvements ou de maintenir certaines positions. Une des étapes les plus spécifiques de l’examen MDT est de vous faire répéter ces mouvements d’une manière très précise en allant en fin d’amplitude. La manière dont vos symptômes et vos amplitudes articulaires évoluent en fonction de la répétition des mouvements fournit des informations essentielles au praticien sur la nature de vos maux.

Étape 2 : La classification

Toutes les classifications ont des définitions cliniques précises et mutuellement exclusives pour permettre une identification aisée. Lors des tests cliniques, l’interrogatoire et la réponse symptomatique du patient permettent d’identifier chaque syndrome en fonction de ses spécificités. Le MDT propose un système de classification complet. Le groupe « AUTRES » est par nature hétérogène et comprend divers sous-groupes avec, en particulier, les pathologies graves (cancer, fractures etc.), toutes les pathologies non-mécaniques (par ex. la spondylarthrite ankylosante), les syndromes de douleurs persistantes (dans lesquels le problème mécanique n’est plus prépondérant) etc.

Étape 3 : Management/Traitement

À partir des informations obtenues lors du bilan, le praticien formé en MDT établira un protocole spécifique d’exercices. Ces exercices contribueront à réduire, puis abolir les douleurs traitées afin de récupérer les amplitudes articulaires. Votre praticien vous montrera aussi précisément les postures à adopter, et celle qu’il vous faut éviter temporairement. S’il s’agit d’un problème un peu plus complexe, le praticien utilisera parfois, ponctuellement, des techniques de thérapie manuelle en complément des exercices. L’auto-traitement à la maison restera cependant la partie la plus importante de la guérison : un exercice que l’on peut réaliser soi-même 5 ou 6 fois par jour a plus de chances d’aboutir à un résultat rapide qu’un traitement administré par un clinicien 1, 2 ou même 3 fois par semaine. Dans cette approche l’efficacité est conditionnée par l’implication du patient, qui devient l’acteur principal de sa guérison. Faire l’expérience de soulager ses douleurs soi-même, dès le départ du traitement, permet de retrouver confiance dans la capacité d’autogérer son corps à moyen et long terme. La plupart des patients peuvent s’auto-traiter avec succès, à condition d’avoir les connaissances et les outils nécessaires pour le faire.

Étape 4 : Prévention

Apprendre à « s’auto-traiter » pendant l’épisode de douleurs en cours permet d’acquérir des compétences pour minimiser les risques de récidive. Cela permet également de gérer précocement et rapidement les éventuelles récurrences de façon sûre et efficace. L’objet de cette approche est de vous redonner le contrôle de votre corps, et de reprendre confiance en lui. Dans le cadre de douleurs persistantes ou récurrentes, l’efficacité de l’auto prise en charge est très supérieure aux soins passifs.

La MDT est-elle appropriée pour moi ?

L’auto évaluation dans le cadre des douleurs vertébrales :

Y a-t-il des moments, dans la journée, où vous ne ressentez aucune douleur ? Ne serait-ce que 10 minutes ?

Est-ce que vos douleurs n’irradient pas plus loin que le genou pour les lombalgies, ou que le coude pour les cervicalgies ?

Avez-vous souffert de plus d’un épisode douloureux au niveau lombaire ou dans le cou ces derniers mois ou ces dernières années ?

Est-ce que vos douleurs sont majorées pendant ou immédiatement après être resté penché ou courbé vers l’avant de façon prolongée : par exemple en faisant votre lit, en passant l’aspirateur, en jardinant, en faisant des travaux de terrassement, etc. ?

Est-ce que vos symptômes se déclenchent ou s’aggravent lorsque vous êtes assis(e) de façon prolongée ou lorsque vous vous relevez : par exemple après avoir regardé la télévision, ou après avoir travaillé longtemps à l’ordinateur ?

Est-ce que vos douleurs sont associées à une activité particulière ? C’est-à-dire, est-ce que vos douleurs sont généralement absentes avant de commencer cette activité ?

Vous sentez-vous moins bien lorsque vous êtes inactif(ve) et mieux lorsque vous bougez ?

Avez-vous moins mal en bas du dos lorsque vous êtes allongé(e) sur le ventre ? (Si la douleur est plus présente pendant une minute ou deux mais qu’ensuite elle s’améliore, la réponse à la question est oui).

Est-ce que votre bas du dos est soulagé lorsque vous marchez ?

Si vous avez répondu oui à plus de 4 questions, vos chances de tirer des bénéfices de la Méthode McKenzie sont très bonnes. Vous pouvez tester directement son efficacité en suivant le protocole d’auto-traitement décrit dans les livrets de références McKenzie. Si vous avez répondu oui à 3 questions ou moins, cela pourrait toujours être le cas, mais il serait préférable de consulter un praticien formé à la méthode McKenzie pour une évaluation plus précise.

Si vous souffrez d’un des maux suivants :

De douleurs sciatiques, de cruralgies ou de névralgie cervico-brachiales ;

De douleurs de type rhumatismes de hanche, des membres inférieurs, des épaules ou des membres supérieurs ;

De douleurs qui démarrent dans le dos ou le cou et qui semblent s’irradier dans les fesses ou dans les épaules ;

De fourmillements ou de picotements intermittents dans les pieds ou dans les mains ;

De douleurs persistantes dans les coudes ou les genoux sur lesquelles aucun traitement n’a eu d’effet positif.

Vous avez tout intérêt à vous faire évaluer par un praticien formé à la méthode MDT (méthode McKenzie). Ils sont formés pour évaluer et diagnostiquer toutes les régions du système musculo-squelettique en toute sécurité.

 

bénéfices du MDT, kinesitherapie bruxelles, méthode Mckenzie, école du dos exercice, best physio Brussels ; photo kine sport : Kiné cervicales, massage dos kiné, kine wavre, kine walhain

Quels sont les bénéfices du MDT (aussi appelé méthode McKenzie) pour les patients ?

La plupart des patients qui répondent favorablement au MDT peuvent gérer eux-mêmes leurs problèmes à moyen et à long terme. Ils sont donc amenés à devenir autonomes et, par là même, ne plus avoir besoin de l’aide d’un thérapeute.

Par là même, les patients qui suivent les stratégies qu’on leur a recommandées ont beaucoup moins de douleurs ou de limitations fonctionnelles persistantes.

Ils deviennent l’acteur principal de la bonne gestion mécanique de leur corps.

En résumé, les bénéfices apportés à de nombreux patients sont de :

    Réduire leurs douleurs et leurs blocages articulaires,

    Arriver à maintenir ce statut d’absence de douleur et de blocage grâce à l’adoption d’une bonne posture et aux exercices d’auto-traitement,

    Récupérer une fonction complète,

    Prévenir les récurrences.

    Est-ce que la méthode McKenzie (MDT) est seulement applicable pour les douleurs du cou, du dos ou de la colonne lombaire ?

    Non, l’approche McKenzie est aussi très souvent utile dans l’évaluation et le traitement des muscles, des tendons et des douleurs articulaires du membre supérieur ou du membre inférieur (hanche, genou, cheville, épaule, coude, poignet etc.).

    Références :

    https://fr.mckenzieinstitute.org/patients/qu%E2%80%99est-ce-que-le-mdt/

    https://fr.mckenzieinstitute.org/linstitut/faq/